Les artistes du vendredi

On continue avec les artistes de Quiltcon, et aujourd’hui, je vous montre des oeuvres de la catégorie Improvisation.

C’est quelque chose que j’aime beaucoup faire, improviser, même si on n’es pas toujours satisfaite du résultat, c’est un vrai moment de liberté et de créativité!

Fulcrum – Annie Hudnut

Clementine – Eve Trester-Wilson
Free Wheeling – Laurie Sheldon
Jagged – Jill Fisher
Best Friends – Irene Roderick
Big Red Ball – Annie Hudnut
Blue Bowl – Annie Hudnut
Bowl of cherries – Annie hudnut
Broken clock – Annie Hudnut
Dual Enrollment – Maura Hartrich
Everybody Dance Now! Kathy Cook
Fireball – Patty Simmons
 
Give and Take Quilt – Tara Faughnan
Ice Punk – Paola Machetta
Interstitial #6 – Leslie Tucker Jenison
Oil Spill – Michelle Lipson
Sealights – Paola Machetta
Stereo Vibes – Gabriella Garza
Watercolor II – Carolina Oneto
Watercolor III – Carolina Oneto
Scales – Emilie Trahan
Shining Through – Elaine Schmidt
SuperSpreader – Susan Manson

Si vous souhaitez vous lancer, 3 pistes pour vous :
– Mon cours en ligne « sans règle ni mesure », pour apprendre à créer des blocs sans gabarits, en toute liberté
– Le livre The Improv Book (en anglais)
– Le livre Improvisationnal Contemporary Quilts (en français)

Pour en savoir plus sur ces 2 livres, regardez cette vidéo à partir de 12:34

A lire aussi :

27 réflexions sur « Les artistes du vendredi »

  1. J’aime vraiment beaucoup et j’admire le travail et la recherche des couleurs pour certaines réalisations. Encore merci pour ces découvertes.

  2. Que de temps passé à toutes ces oeuvres ! De mon point de vue, rien d’improvisé malgré le titre. Tout semble très calculé, ce qui n’est pas un défaut (ni une qualité, non, plus d’ailleurs, juste une constatation sans aucun jugement). Quel boulot pour toutes ces créations ! Merci du partage, Emma… Belle journée,

    1. c’est improvisé dans le sens qu’il n’y a pas de plan précis au départ. Le patch se construit au fur et à mesure de sa création. Mais bien sur, il y a beaucoup de choix créatifs et de réflexion tout au long du processus.

  3. Moi aussi, je me pose la question: quelle est la part d’improvisation ? Les artistes partent elles d’une idée ( le titre) ou souhaitent elles travailler sur des couleurs, des formes et trouvent elles ensuite un titre? Tout ne me plaît pas, loin de la mais je suis conquise par  » best Friends » et  » watercolors 2″

  4. bonjour Emma et toutes les patcheuses,
    je trouve ces oeuvres trop géométriques mais je sais qu’il y de la recherche surtout dans les couleurs et dans l’équilibre des formes..
    j’aime improviser et pour cela je commence par un bloc ou un sujet :arbre ou maison par exemple puis je compose autour de ces éléments de départ . Mon panneau se crée au fur et à mesure des ajouts de blocs, rien n’est défini à l’avance. Je choisis quand même un thème au départ : couleurs ou formes ou sujet (oiseaux, arbres, etc.) .

  5. Que de travail !De la minutie et de la précision.
    Certains ouvrages me plaisent plus que d’autres, mais tous ont demandé beaucoup de travail.
    Merci de faire découvrir des œuvres si différentes.

  6. Beaucoup de patchs avec dessins geométriques c’est un peu lassant ce qui n’enlève pas le beau travail des artistes.
    Merci EMMA de nous faire connaître tout ce monde artistique.
    Christiane.

  7. Super ! Il semble que cela soit improvisé…non…pour ma part je pense que la créativité de la réalisation vient avec la réflexion de l’artiste son ressenti , son imagination, la projection et le rendu des tissus et des couleurs, bref sortir du patchwork traditionnel. Même chose chez les peintres . Merci pour ce voyage !!

  8. Bonjour Emma ,
    merci de nous faire découvrir toutes ces merveilles artistiques !
    Incroyables improvisations !
    Bon week-end

  9. Merci de nous faire connaître cette nouvelle façon de travailler le patch.
    Pour moi c est une oeuvre comme celle d un peintre

  10. Je crois savoir que l’improvisation c’est faire les choses sans plan et se laisser pousser comme ça vient. Mais quand je vois l’harmonie réussie des couleurs et des formes, l’occupation parfaite de l’espace, je me dis que l’improvisation obéit tout de même à quelques règles malgré tout. Moi, quand j’improvise, tout est de traviole et même si je recoupe les bords, ça reste bizarre et pas forcément harmonieux…. Là, les pièces terminées sont belles, équilibrées, ponctuées de formes…. et je me dis que décidément il y a des quilteuses géniales qui ont ça dans le sang !
    Alors, voilà que ce sujet aura beaucoup fait parler et débattre. Mon mari dit que l’improvisation n’est pas faire n’importe quoi mais obéir tout de même à des règles de base que l’on connaît. Comme en peinture, l’improvisation ne peut exister que s’il y a derrière une formation solide classique. Cette question revient à évoquer la liberté : la liberté ne serait donc pas de faire n’importe quoi, n’importe comment, n’importe quand mais à se caler dans un cadre existant.
    L’improvisation c’est obéir à des règles mais en les distordant !
    Bah, je m’étais imaginée autre chose mais c’est sûrement mon côté sauvage…. En attendant, je vais continuer à suivre un plan et à le dessiner, c’est beaucoup plus sûr !!!

    1. Je suis tout à fait d’accord avec vos réflexions Mimiblue. Je suis convaincue que l’on ne peut improviser de façon harmonieuse que lorsqu’on a déjà beaucoup de technique et une très bonne formation à la base.
      Merci à Emma pour toutes ces sources d’inspiration.
      Mes préférés sont « Big Red Ball » et « Blue Bowl ». « Sealights » me toucherait davantage dans des tons chauds.

  11. Sans mot devant tant de beauté, de travail, de couleurs qui volent en éclats. Un coup de soleil dans ce début de journée tout gris.
    Mon coup de cœur: Broken clock

  12. Difficile de dire lequel me plaît le plus car ils sont tous très différents et très beaux.
    Très belle découverte.
    Bises de F-C

  13. L’improvisation en musique demande de sérieuses connaissances. Toute improvisation respecte des règles, ici aussi. Je pense que cela signifie seulement que le travail se fait au fur et à mesure, mais dans une optique bien précise du rendu.
    Pour mon compte, je constate que je ne m’intéresse plus du tout à ces oeuvres dites modernes, qui ne m’évoquent absolument rien du tout. Je les trouve lassantes bien que parfois très esthétiques et avec de jolis coloris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *