Happy Lundi!

« Un jour, un enfant rentre de l’école avec une lettre pour sa mère. Il lui dit : « Mon instituteur a demandé que je te donne cette lettre, à toi, uniquement à toi. »
 
Sa mère ouvre alors la lettre, la lit silencieusement, puis déborde de larmes…
Elle décide ensuite de lire la lettre à son fils :
« Votre fils est un génie. Cette école est trop petite pour lui et nous n’avons pas d’assez bons enseignants pour l’instruire. Veuillez le faire vous-même. »
La maman décide donc de prendre en charge son enfant.
Entre temps, son fils devient un scientifique de renom.
Il invente l’ampoule électrique, le télégraphe, le phonographe, la centrale électrique, la caméra, etc.
 
Après le décès de sa mère, alors qu’il fouille dans les vieux souvenirs de famille, il trouve une lettre pliée dans une boîte.
Il s’agit de la lettre qu’il avait donnée étant enfant à sa mère de la part de son instituteur.
Elle disait ceci :
« Votre fils est un cancre. Il est déficient. On détecte chez lui une maladie mentale. Nous n’autorisons plus votre fils à revenir à l’école. »
 
Cet enfant, c’était Thomas Edison, l’un des plus grands scientifiques, si ce n’est le plus talentueux, de son époque. Il pleure pendant des heures et il ajoute ceci dans son journal :
«Thomas Edison était un enfant nul et déficient, qui, grâce a une mère héroïque, est devenu le génie du siècle. »
 
Voilà un bel exemple de ce qui est appelé l’effet Pygmalion à savoir que le regard que l’on porte sur un autre être humain influence sa réalité et son futur.
Et le regard qu’on porte sur soit également…

A lire aussi :

52 réflexions sur « Happy Lundi! »

  1. Combien d’enfants stigmatisés, médicalisés pour des raisons semblables de nos jours ? Laissons aux enfants le temps, le temps de grandir, de trouver leur voie. Faisons leur confiance et regardons les avec bienveillance.

  2. Bonjour, merci pour ce bel article. Je m’occupe de soutien scolaire et la plupart des enfants sont pris pour des cancres. Beaucoup repartent en fin d’année fiers d’eux-mêmes car les bénévoles leur ont donné confiance en eux, ont su leur montrer qu’ils avaient de belles capacités dans l’avenir. Encore merci à toutes ces personnes.
    Bonne journée.

  3. Bonjour c’est tellement vrai lorsqu un enfant a des difficultés au lieu de l aider il est mis de côté. J’ai un bon exemple mon fils a été dévalorisé par l enseignement de la 6 eme à la 3 eme.😭aujourd’hui il est bac +4 malgré ses lacunes il y est arrivé certes ce n’était pas simple tous les jours mais ça valait le coup de leur montrer qu’ils avaient tort 👻😸😝😝

  4. Quelle belle petite histoire pour démarrer la semaine avec de la motivation et du positif 🙂 Merci Emma

  5. Bjr merci c’est tellement réel. Mon fil est sourd sévère profond..et ça a commencé très tôt pour le mettre de côté..on s’est battue contre l éducation nationale et l état.. et il a réussi ce qu il voulait faire il a un BTS et une licence.et un emploi ou il est bien. Lui aussi a dû montrer plus que les autres qu il était capable et je suis fière de lui.

  6. C’est magnifique… Et tellement juste. Osons dépasser nos peurs, nos jugements « retrecissants » sur soi, sur les autres; cela ne peut qu’aider à tirer notre âme, notre devenir vers le haut…
    Merci Emma

  7. On en parle des enseignants ???
    Je sais qu’ils ne sont pas tous à mettre dans le même panier, je sais que c’est la faute à la société, à l’éducation nationale, au fait qu’ils n’ont pas de moyen, aux parents, aux élèves, etc etc …
    mais qui sont-ils pour décider de la vie d’un gamin ? ils ont bien souvent fait moins d’études que les parents !!! ils ne voient le gamin que 1h ou 2 par semaine (en collège) et ce sont eux qui décident !
    Pourquoi tant de parents font le choix d’enseigner eux-mêmes à leurs enfants ???
    pour qu’il y ait plein de Thomas Edison.

    1. Oui parlons en des enseignants. ……Parlons en de ces gens passionnés par leur métier, dévoués ,attentifs à leurs élèves ayant consacré leur vie profesionnelle à instruire,éduquer,éveiller les esprits ,susciter des vocations ,provoquer la curiosité, l esprit critique et tant d autres choses encore . Vous dites qu’ ils ont bien souvent fait moins d études que les parents. Comme c est méprisant!! 5 années pour un professeur des écoles, ce n est pas si mal…..

      1. Bonjour,je suis d’accord avec vous,j’ai deux filles enseignantes et je sais qu’elles aussi se donnent corps et âmes et leurs élèves leurs rendent bien par leurs réussites ,mais l’entourage des enfants est souvent bien difficile.

  8. Belle histoire ô combien réelle, la stigmatisation à l’école je connais personnellement et ma fille et mon petit fils aussi! Nous avons tous un bac et * .
    Belle semaine à tous et toutes

  9. Je ne pense pas que ce soit le procès des enseignants qu’on doive faire ici mais plutôt réfléchir au regard que la société porte sur chacun. Dans le cas présent on cite un enfant mais il faudrait plutôt réfléchir à ceci: quel regard porte-t-on actuellement sur certains adultes qui ne réussissent pas dans la vie ou qui sont différents? Quelle chance leur laisse la société d’exister, de vivre épanoui, de croire en sa valeur, en son potentiel? Quel est le discours véhiculé chaque jour ici ou là? Les enseignants, même s’ils ont moins de diplômes que les parents (sic!) portent des valeurs humaines et font le max pour les enfants qui leur sont confiés ( ce que ne font pas tous les parents! hélas!).
    L’exemple cité par Emma peut nous aider à réfléchir sur notre comportement perso chaque jour,…

  10. Un grand merci . Ah si j’avais lu cela plus tôt
    Mon fils a été traité de cancre ( et j’en passe …) depuis le CP avec cours de rattrapage ,psychologue qui a osé dire que c’était parce que je travaillais qu’il était comme cela ,jusqu’en 6 ème ou un professeur m’a dit de le faire tester
    IL est précoce avec un QI de 148
    Mais l’école n’était pas faite pour lui car on tire le niveau vers le bas pour permettre à ceux qui ne veulent pas travailler d’avoir quand même un diplôme
    Aujourd’hui Bac +4
    Alors croyez en eux comme j’ai pu croire en lui et vous verrez votre enfant s’épanouir

  11. D’autres commentaires seraient superflus. Je suis d’accord avec tout ce qui vient d’être dit . L’éducation nationale ne forme pas assez ses professeurs qui rencontrent des cas qui devraient être approfondi avant de les classer « positifs ou négatifs « .
    Merci Emma de nous avoir remis en tête cette lettre.
    Christiane.

  12. Je suis entièrement d’accord avec Pivoine. Je pense bien inutile, à l’occasion de la relecture de cette belle histoire, de faire le procès des enseignants !
    Essayons de savoir ce que nous faisons, chacun et chacune, pour améliorer la Société…
    Ne cherchons pas systématiquement le coupable !
    En l’occurence, dans le cas évoqué, je vois surtout l’amour d’une mère.

  13. Beau partage une nouvelle fois Emma !
    S’abstenir de juger, écouter et voir, soutenir et aimer et enfin faire de son mieux… on ne le répètera jamais assez. Merci pour ce « happy lundi » !
    Belle semaine à toutes et tous.

  14. Partir pour cette nouvelle semaine avec cette vie d’Edison en tête… c’est une bonne idee…ne jamais baisser les bras..les enfants sont plein de ressources… c’est peut être que l’école… comme elle est aujourd’hui n’est pas faite pour eux…
    Merci Emma pour le rappel de cette histoire.. bonne journée à vous toutes

  15. Jolie histoire. Mais comme toutes les histoires, il y a du faux et du vrai.
    Si effectivement, Thomas Edison fut renvoyé de l’école vers 7-8 ans, c’est que son professeur, un révérend, le trouvait hyperactif, remuant et peu attentif.
    Pas d’institutrice malveillante et pas de message embelli par la maman d’Edison.

    Du fait de son renvoi, sa mère, ancienne institutrice elle-même, a pris en charge l’enseignement de son fils.
    Thomas Edison, surdoué ignoré par son professeur de l’époque, a grandi et évolué dans un milieu éducatif très serein et adapté à sa personnalité et ses capacités.
    Tout est là.

    A l’époque , pas de psychologue scolaire pour déterminer les QI des élèves et leurs possibilités.

    Je rejoins Pivoine et Mirabey pour dire que ce n’est pas le procès des enseignants que nous faisons . Il y a des enseignants très capables et très impliqués dans leur travail, attentifs à chacun de leurs élèves.
    Il faut seulement chercher chez tous les enfants, et même les cancres (car il y en a , ne nous leurrons pas) la petite étincelle , celle qu’on ne voit pas à l’oeil nu.
    Tel enfant, nul en mathématiques, s’avérera excellent en poésie ou en dessin. Tel autre sera très bon en sport ou en musique. Certains n’aimant pas la lecture, s’épanouiront au milieu des chiffres ou en sciences. D’autres s’intéresseront à la nature.
    Bref, chacun de nous possède un talent qu’il faut déceler et épanouir. C’est ça le boulot de l’enseignant,… mais aussi des parents.

    1. Tout à fait d’accord avec ce commentaire qui résume parfaitement les choses.Aimer les enfants pour ce qu’ils sont, les traiter avec respect et bienveillance, voilà qui les fera avancer mais certainement pas les prises de position radicales pour chercher un coupable,: les enseignants ? (Très facile), l’institution ? Les parents ? Je suis prof à la retraite et de tels propos réducteurs me baissent profondément alors que j’éprouve un réel bonheur quand d’anciens élèves m’interpellent dans la rue, au supermarché : » Vous vous souvenez de moi, Madame ? ». Oui, je me souviens d’eux!

      1. « de tels propos réducteurs me baissent profondément  »
        pour une ancienne prof … ce serait bien de vous relire !!!
        moi je dis ça … je ne dis rien …

        1. votre commentaire est beau et souvent exact, des talents sont gachés par de mauvais jugements, nous voyons cela autour de nous.

        2. Erreur de frappe, vous le comprenez bien. Merci pour votre indulgence et votre » bienveillance » qui éclairent merveilleusement mon propos

          1. Bonjour Anne Marie, il me semble en effet que la malveillance ne devrait pas être de mise ici. Mais par ailleurs, si j’avais bien lu « blessent », le mot « baissent » me plaît beaucoup, en ce qu’il permet de toucher comment cela ne fait pas que blesser : cela réduit à bien peu de choses la personne qui reçoit l’offense, et tout le travail accompli au quotidien. J’ai toujours insisté auprès de mes enfants pour qu’ils ne se laissent pas aller à ce « bashing » facile et généralisé des profs, et j’ai toujours été contente du résultat : bien souvent, du respect. Cette simple attitude de reconnaissance mutuelle a été bienvenue quand il s’est avéré que mon fils autiste ne pourrait pas continuer ses études. Au moins ce n’était pas à cause d’un système malveillant. Ce qui n’enlève rien à la difficulté de faire admettre la différence, et à celle d’être un parent un peu atypique. Mais ce n’est pas l’appanage de l’école !

  16. Merci à Pivoine qui parle de ne pas faire le procès des enseignants… ils ont , comme chacun, leur personnalité, leurs défauts et aussi leurs qualités !
    En tant que prof de maths en lycée, j’ai eu deux années de suite une jeune élève déficiente visuelle : sans aucune aide particulière , je devais envoyer tous mes cours, sujets de contrôles , exercices… au moins 15 jours en avance pour qu’ils soient traduits en braille. Je vous laisse imaginer la complication ( pas moyen d’adapter un cours, un exercice … à moins de 15 jours) et les heures de travail supplémentaires pour rédiger entièrement tous mes travaux . J’ai vécu deux années fantastiques avec ces deux élèves motivées, volontaires , courageuses qui ont motivé la classe mais m’ont demandé beaucoup de travail . Personne ne m’a jamais remercié et je n’ai jamais touché un centime pour les heures que j’ai passées à les aider en particulier… et je n’étais pas la seule !
    Merci de ne pas jeter tous les enseignants à la poubelle avec des jugements très rapides ! Je crois qu’il est bon de les nuancer le plus souvent …

  17. Tout à fait d’accord avec ce commentaire qui résume parfaitement les choses.Aimer les enfants pour ce qu’ils sont, les traiter avec respect et bienveillance, voilà qui les fera avancer mais certainement pas les prises de position radicales pour chercher un coupable,: les enseignants ? (Très facile), l’institution ? Les parents ? Je suis prof à la retraite et de tels propos réducteurs me baissent profondément alors que j’éprouve un réel bonheur quand d’anciens élèves m’interpellent dans la rue, au supermarché : » Vous vous souvenez de moi, Madame ? ». Oui, je me souviens d’eux!

  18. Très belle histoire . Et j’ajouterai qu’il n’y a nul besoin que notre enfant ait bac +3,+4 ,+5 etc… qu’il soit un génie ou autre . Il suffit que nous l’aidions à trouver sa voie et qu’il soit épanoui

  19. « de tels propos réducteurs me baissent profondément  »
    pour une ancienne prof … ce serait bien de vous relire !!!
    moi je dis ça … je ne dis rien …

  20. Bonjour,
    Ô combien vrai… et combien vécu.
    En France on n’a pas le droit d’enseigner si-même son enfant, mais si c’était à refaire je le ferais !
    Belle journée à vous

    1. si, on a le droit! Mais certains parents/amis/famille aussi ne savent pas valoriser les enfants, certains profs de patch ne valorisent pas leurs (grandes) élèves. Ce message ne se veut pas négatif pour l’école, il met en avant le regard positif que nous devons tous avoir sur les autres…

  21. Je voudrai rajouter pour mon fils sourd sévère profond que les enseignants qui l’on eu en maternelle et primaire ne connaissaient pas ce handicap elles et ils ont été très engagés avec nous et au lycée en intégration complète c était pareil. C est surtout l éducation nationale et la vers de l époque qui nous imposaient leur choix

  22. Bonsoir je comprends mieux que vous étiez si pressée de publier cette merveilleuse histoire !
    Merci pour toutes ces petites choses si optimiste que vous publiez . Soyez sans crainte que toutes vos belles histoires sont racontées , à ma patientelle, longtemps après leurs publications, afin de leur donner un petit peu d’optimisme…..et au retour leurs sourires !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *