Mes 6 conseils pour bien débuter le quilting avec les règles

Vous voulez quilter vos patchs avec votre machine familiale?

Peut-être avez-vous déjà essayé le piqué-libre, sans trop de réussite (il demande beaucoup d’entrainement pour le maîtriser). Depuis quelques années, il existe une autre alternative, beaucoup plus rapide à maitriser : Les règles à quilter

A l’aide d’un pied spécial qui s’adpate sur toutes les machines, on utilise les règles pour réaliser des motifs de quilting très variés, et comme on suit la règle, le motif n’est jamais raté!

Voici mes 6 conseils pour bien démarrer avec les règles à quilter.

1- Démarrer petit

Si vous commencez trop grand, vous aller vous décourager, car bouger un grand patch, c’est plus difficile!
Commencer à travailler sur de petits morceaux de patch, 30x30cm par exemple. Faites des essais avec les règles que vous avez. Puis petit à petit, passer à des ouvrages plus grand.
Jusqu’à 1x1m, c’est assez simple. Au delà, celà demandera plus d’organisation pour bien déplacer le patch, mais vous y arriverez avec de l’entrainement.

Par contre, au delà de 1,5×1,5m, ça devient vraiment difficile, à cause de la masse du tissu, et de al profondeur limité du bras libre de la machine, et seules les plus acharnées y arriveront. Mais ça n’est pas impossible!

2- Commencer avec un tissu foncé et un fil clair

Pendant vos essais, opter pour le contraste, d’abord pour mieux voir ce que vous faites, mais aussi pour mieux voir les lignes de repères des règles, marquées en blanc. On voit mieux les défauts, c’est parfait pour l’entrainement. En opposition, pour votre premier « vrai » patch à quilter, choisisser un fil peu contrastant, pour masquer les petites erreurs de débutantes.

 

3- Coller du grip sur toutes les règles

C’est indispensable pour que les règles ne bougent pas! Découper la bande de HandiGrip en carrés, puis coller les régulièrement sur vos règles, tous les 7/8cm.
A utiliser aussi sur les gabarits de coupe comme ceux de Marti Mitchell, et sur les règles à couper.

 

4- Tracer les lignes de repères

Pour certaines règles, c’est une ligne droite (qui peut être le bord d’un bloc), et pour les règles types rosaces, utiliser le réticule, qui permet de tracer le centre et 8 rayons d’un coup. Une petite rotation permettra ensuite de séparer l’espace en 16 parties. Aligner ensuite les repère des règles sur les lignes l’une après l’autre, en faisant pivoter la règle autour du point central (la plupart du temps avec une punaise).
Tracer avec un crayon craie, ou un crayon qui s’efface à l’air ou à l’eau, bref, quelque chose qui ne laissera pas de traces une fois l’ouvrage fini. Ne JAMAIS utiliser les stylos Frixion (stylo pour papier), ils sont connus pour laisser des traces blanches sur certains tissus, même une fois repassé.

 

5- Penser toujours à « pousser » la règle contre le pied

C’est difficile à expliquer, mais le bon mouvement est de poser ses doigts sur la règle pour faire avancer la règle et le tissu en même temps en suivant la règle, et en faisant butter la règle contre le pied. Cette pression vous permettra de suivre le bord de la règle sans dévier. 

 

6- Utiliser le plus grand plateau de votre machine

Votre règle doit être posée bien à plat sur le plateau de la machine, et elle doit y reposer entièrement, sans dépasser, au risque de se retrouver en porte-à-faux. 
Une table d’extension est fortement recommandée, elle est d’un grand confort pour le quilting, au niveau du positionnement des mains, et du déplacement du tissu.

 

Nous vendons des tables d’extension qui sont taillées sur mesure et s’adaptent à toutes les machines du marché.

 

Voici une vidéo sur les bases du quilting avec les règles, d’autres vidéos ici.

Je donne aussi régulièrement des stages à Orléans et partout en France selon les demandes, n’hésitez pas à me contacter! Le prochain stage à Orléans aura lieu le 17 octobre, inscription ici.

Avez-vous déjà essayé de quilter à la machine? Envie de le faire?
Retrouver les règles et pied Westalee sur le site.

A lire aussi :

20 réflexions sur « Mes 6 conseils pour bien débuter le quilting avec les règles »

  1. Bonjour ! et bien je quilte depuis 40 ans et je trouve que le quilting à la machine demande beaucoup de matériel et que c’est bien compliqué alors qu’il est si simple de quilter à la main et (pour moi) tellement plus joli. Je sens déjà que vous n’êtes pas d’accord !
    Bien sûr quilter à la machine va beaucoup plus vite mais vous en oubliez l’amour et la poésie du petit point !

    1. Christiane, l’amour et la poésie du petit point ne sont pas compatibles avec mon emploi du temps… Si je quiltais à la main, 1/10 seulement de mes patchs seraient quiltés…
      Quand à l’esthétique, c’est une histoire de goût, le quilting main est plus discret, celui machine s’impose plus. Mais tout est affaire de goût, et chacun choisit ce qui lui convient le mieux. Certaines font même les 2, selon les ouvrages et les envies!

      1. oui, Emma, tout à fait d’accord chacune choisit ce qui lui convient. Si je reste adepte du petit point c’est que j’aime travailler avec le groupe de patch que j’ai créé et dans lequel on échange tissus, fils, et surtout idées et c’est tellement enrichissant ! J’ai appris en Australie à me servir de la machine à coudre pour faire mes patchworks, mais je ne nous vois pas chacune avec sa machine, mais comme vous le dites si bien, c’est affaire de goût et c’est très bien comme cela.

  2. Treés chouette mais il y a un mais imaginons …j’achète une motif …je n’ai pas envie de l’avoir sur tous mes patchs ….MAIS vu le prix de chaque modèle on ne peut pas les acheter tous….je trouve donc qu’il faudrait imaginer un service de location ….ou l’achat par un club..c’est d’ailleurs ce que je vais proposer au mien ….

    1. ou un échange entre copines… Pensez aussi que même si la photo ne propose qu’un motif, on peut aussi expérimenter pour en trouver d’autres à faire avec cette même règle… En l’utilisant à l »envers, partiellement, …

  3. L’esprit du patch est bien loin au départ c’était récupérer des tissus pour faire des couvertures
    Aujourd’hui c’est un loisir mais très cher
    Si j’ajoute selon vos photos, une machine sophistiquée plus une extension plus des règles l’add est salée et je ne parle pas des tissus et des modèles …….

    Pour le Quilting j’ai investi dans un pied à entraînement qui m’a coûté un bras (150 euros ) et j’en suis ravie

    1. La plupart des loisirs créatifs découlent effectivement d’une utilité originelle, et chacun est libre de le travailler avec de la recup ou du neuf. Pareil pour le quilting, chacun fait comme il veut ou peut. Le pied à double entrainement est effectivement un bon outil pour le quilting en ligne droite, les règles sont utiles elles pour les courbes et motifs complexes.
      Quand à la machine, j’ai la chance d’avoir celle-ci sophistiquée effectivement, mais j’ai pendant très longtemps travaillé sur une machine premier prix, et on peut très bien s’en sortir aussi!

  4. Merci Emma pour tous ces partages de votre passion ! Merci beaucoup ! et comme vous le dites si bien… Chacun y trouve sa voie … et même lorsque je couds avec ma machine la poésie et l’amour de coudre sont toujours présents….comme en broderie à la main !

  5. Merci pour ces précieux conseils! Je me suis mise aux règles il y a peu car le piqué libre, malgré vos conseils et votre cours en ligne j’ai quand même un peu de mal… et je m’entraine ferme! J’attends avec impatience l’extension de table que j’ai commandée car je crois que ça va m’aider. C’est vrai que les règles ce n’est pas pour rien mais j’ai acheté le pack pour débuter et on peut déjà quitter pas mal de motifs. La question que je me pose c’est lorsque le patch n’est pas divisé en carrés, comment faire? Doit-on « imaginer » un découpage en carrés? J’ai peur de me lancer pour mon patch « Moxie »… j’ai quilté les cercles séparément et puis je suis bloquée pour le reste car je ne sais pas par où débuter… au centre? en haut à gauche? Si je n’habitais pas si loin je viendrais suivre vos cours… mais de Liège (en Belgique) jusqu’à Orléans c’est un peu loin… Merci pour vos conseils et aussi pour m’avoir transmis votre passion!

    1. Je dirais que les règles sont en effet très adaptées au patchwork en bloc, et moins à des oeuvres destructurées. Pour le MOxie, j’utiliserai peut-être des motifs style rosaces de taille variées, répartis de manière aléatoire. Vous pouvez les tracer au crayon qui disparait avant de vosu lancer, pour mieux visualiser le résultat.

  6. Le patchwork, est un véritable plaisir et quilter à la main en est l’aboutissement pour lequel il faut prendre le temps.
    La machine à coudre n’est pas du tout compatible pour moi avec le plaisir de tout faire à la main.
    Cependant chacun doit trouver le plaisir où il veut.

  7. Merci Emma pour ces infos très intéressantes je suis présidente d’un petit club en Corrèze et nous serions intéressées par un stage si vous acceptez de vous déplacer ! Nous sommes à Lamazière-Basse près d’Egletons, nous pouvons vous loger et nous souhaitons connaître vos prix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *