L’artiste du vendredi : Le textile Paracas

Les artistes de ce vendredi ont plus de 2000 ans! Ils vivaient sur la côte Sud du Pérou, et on confectionné des pièces fabuleuses, superbement préservées grâce à l’environnement très aride de cette zone.

Ces textiles sont appelés Paracas, du nom de la péninsule péruvienne où ils ont été découvert dans une nécropole dans les années 1920. Les textiles enveloppaient les corps momifiés.

Cette pièce en coton et fibre de chameau mesure 148 x 62.2 cm, et les détails sont d’une finesse inouïe.

La bordure à trois épaisseurs comporte des placages extérieurs colorés en laine «en boucle croisée» (technique proche du tricot, mais avec une seule aiguille) qui enveloppent des noyaux de coton intérieurs en boucle ou en tissage. Elle est même réversible!

 

 

Quelques autres pièces ci-dessous ressemblent à des patchworks!

Pour en savoir plus:

l’article de Wikipédia
Un article en anglais très détaillé sur la première pièce
Le site de la collection Gothenburg à Göteborg en Suède

42 réflexions au sujet de « L’artiste du vendredi : Le textile Paracas »

  1. Les patchs avec des personnages sont émouvants. Que d’histoires ils racontent.! J’aime beaucoup les tons de couleur. Merci et bonne fin de semaine.

  2. C’est magnifique. J’ai vu récemment un reportage très intéressant sur le Pérou où l’on pouvait voir la découverte de ces tissus.

  3. Bonjour
    J’ai vu ces tissus fabuleux en Amérique du Sud.
    Cependant ce qui me perturbe énormément c’est que les corps qui étaient préservés dans ces linceuls pour l’éternité avec le respect du aux morts à leur époque ont été déplacés, touchés, étudiés et donc excusez moi mais violentés.
    La connaissance mérite t elle ce mépris des convictions et des meurs des peuples qui nous ont précédé. Pour moi c’est toujours un débat .

      1. Exactement…
        C’est bien là mon dilemme …entre la connaissance et l’irrespect des croyances de ces peuples très attachés à cette après vie.

  4. Je ne peux apprécier ces oeuvres qui viennent de la violation de tombeaux .Décidément point de repos même dans l’au-delà .
    Ici , en Egypte et ailleurs , la liste serait trop longue, toujours à des fins mercantiles, pauvres humains avides d’argent .

    Bravo Emma quand même pour toutes ses recherches .

  5. J’adhère au commentaire de Pierrette, mais c’est certain que les tissus sont magnifiques.
    Merci, Emma, pour cette découverte.
    Bises de F-C

  6. Daccord avec Pierrette bien sûr, j’ai vu les crânes au musée de Paracas , pas ou peu de ces œuvres d’art ! J’en ai vu à Gotheborg il y a longtemps je n’en ai pas le souvenir, les musées s’en emparent et font des entrées durant des années… qui va à Paracas ? Merci Emma de nous faire souvenir de tous ces Hommes !

  7. Impressionnant de qualité pour l époque Où trouvez vous toutes ces merveilles que vous nous faite partager Merci Emma Bon week end ensoleillé pour tous

  8. J’ai du mal à assimiler le fait que l’on touche à ces sanctuaires si bien gardés du temps, il y a un certain manque de respect.Pour bien comprendre les diverses civilisations de notre terre, je comprends qu’un spécimen soit détaillé mais pas tout démonter pour mettre dans des musées. Cela n’est que mon humble ressenti et j’admire le savoir-faire de ces personnes et leur côté artistique.
    Merci Emma pour ce reportage.

    1. Merci d’etre D’accord avec moi. Je craignais d’etre la seule à être sensible à ce problème.
      Surtout vu l’importance pour ces populations anciennes de ces traditions d’ensevelissement des corps après la mort et tous les rituels qui y sont attachés.
      La richesse de ces parements en étant la preuve.
      Personnellement je me sens coupable.

  9. bravo Emma!
    le musée de Paracas est un véritable sanctuaire.
    j’ y étais en janvier dernier.
    tous ces efforts pour garder la mémoire de la civilisation Inca méritent qu’on se déplace
    et pas seulement au Machu Pichu.
    merci.

  10. Tout n’est qu’un éternel recommencement la preuve…… très bel article et reportage merci Emma et à lundi(j’attend toujours avec impatience vos messages) à bientôt don

  11. J’ai l’impression que le tableau de paracas il s’agit de tricot je dois me tromper pourriez vous me repondre. Merci cordialement. Monique Roquancourt

  12. Bonjour Emma

    C’est magnifique , tout est beau les couleurs harmonieuses et tous ces petits personnages mais on manque de respect en allant faire des fouilles dans ces sanctuaires que ce soit au Pérou en Egypte ou ailleurs. Merci pour cette belle découverte. Bon week-end. Patchou

  13. Allez voir à Bruxelles la magnifique exposition « Inca dressing code », au musée du Cinquantenaire. On y découvre l’importance des vêtements ainsi que les codes vestimentaires de cette civilisation, sur plusieurs siècles.

  14. Une de mes amies vient de se voir offrir un tableau réalisé au point de croix qui, sur fond marron uni, propose un semis de signes que l’on pourrait prendre pour de petits personnages. En fait, il s’agit d’une illustration ancienne Africaine et j’ai confondu. Je pensais sincèrement que ce travail de broderie était une illustration de l’ancien Pérou. Comme quoi il y a certaines parentés entre les arts et artisanats qui laissent un peu pantois étant donné le nombre de kilomètres qui séparent les continents et le peu de moyens de voyager qu’avaient les anciens.

  15. Bonjour,
    Nous avons le bonheur de posséder une très belle reproduction d’une de ces « tapisseries » achetée à Pisco lors d’une expo-vente d’artistes adoubés par l’Institut Archéologique du Pérou. On y voit des personnages ailés portant des têtes humaines réduites au bout de leurs langues, très impressionnant.
    Je suis ravi que vous parliez de ces merveilleux artistes d' »ailleurs » (régions du monde et époques), je pense aussi aux tissus de la civilisation SICAN, je crois les plus fins et denses jamais tissés.
    Merci

  16. J’ai oublié de mentionner les extraordinaires HUIPILS guatémaltèques, d’une variété et d’une technique incroyables. Dommage de ne pouvoir vous envoyer des photos des objets que nous possédons.
    Bonne journée et merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *