L’artiste du vendredi : Aude Bourgine

Aujourd’hui, voici le travail sensible d’Aude Bourgine, magnifiquement mis en scène à l’Aiguille en Fête.

 

« Depuis toujours, Aude Bourgine, artiste rouennaise, est rongée par un profond sentiment de culpabilité et d’impuissance en assistant à la façon dont l’espèce humaine agit sans se soucier de son environnement. À l’origine de sa pratique il s’agissait de trouver comment vivre avec, d’apprendre à écouter cette détresse plutôt que de l’enfouir pour connaître un certain apaisement.(…) À travers un travail minutieux et onirique, Aude Bourgine amène ce sujet au regard du public, portée par l’espoir de le sensibiliser. »

Plus sur son site.

A lire aussi :

26 réflexions sur « L’artiste du vendredi : Aude Bourgine »

  1. Etonnant! C’est davantage le travail d’une plasticienne (d’ailleurs elle se définit comme telle) que d’une patcheuse ou d’une artiste textile. J’apprécie moyennement mais la démarche est intéressante.
    Merci pour la découverte.

  2. L’installation était intéressante pour découvrir son univers et son message. C’est un message d’urgence et un travail précis et minutieux. Le rendu est impressionnant . Et le choix des matériaux est à découvrir et admirer de près. Son expo au festival du lin permet de s’immerger dans son univers et de faire corps avec les oeuvres. A ne pas rater !

  3. je suis sans voix ! mon regret de ne pouvoir me déplacer à AEF pour des raisons d mobilité aussi je vous remercie Emma de nous faire connaitre ces artistes étonnant.e.s

  4. très beau, j’aime son idée de réutiliser les globes où l’on mettait des objets religieux ou des couronnes de mariées – mais difficiles de leur trouver une place – merci Emma

  5. Magnifique ! Et par le message qu’elle transmet, et par la réalisation. C’est très beau. Que ne fait-on pas avec du textile ! Et que j’apprécie ces artistes qui parviennent à sortir du train-train grâce à leur créativité débordante ! Merci pour le partage.

  6. Son travail me rappelle celui de Simone Pheulpin que j’ai vu à Chaumont sur Loire en 2018, magnifique merci !
    Mais où vont-elles chercher tout ça ???
    Parfois c’est décourageant ….
    Belle journée

  7. je ne l’apprécie sans doute pas à sa juste valeur, c’est très beau, mais pas du patch .
    Toutefois, merci Emma de partager vos découvertes.

    Belle journée et bon week end…

  8. J’apprécie et adhère complètement à sa démarche. les réalisations sont toutefois plus ou moins explicites. Il y a cependant un travail artistique et de recherche indéniable. Merci Emma d’élargir notre vision au dela de notre petit monde.
    Anik

  9. Pour certaines ce n’est peut être pas du patchwork, mais quel travail de recherches et de création, c’est inspirant !!!!!
    Milles bravos et merci Emma de nous faire connaître tous ces Artistes, nous qui vivont au fin fond de la France dans régions isolées.

  10. Faire ou ne pas faire ? » Ce n’est pas parce-que c’est difficile que l’on n’ose pas mais c’est parce-que l’on n’ose pas que c’est difficile ». J’ adore les personnes qui laissent libre cours à leur imagination et qui osent! Dans la vie il ne faut pas se cantonner à une seule discipline , il y a tant à découvrir et à apprendre. Merci Emma de donner un coup de ciseau à nos cerveaux parfois étriqués. Tu ouvres une brèche avec tes partages extraordinaires! Personnellement, je ne suis pas patchworkeuse mais j’aime ce que je découvre dans ton blog, car tu ne te limites pas à ton univers du patch et du quilt! Bon WE

  11. j’ai eu le plaisir de la rencontrer l’année dernière au « festival du lin », je trouve ses oeuvres magnifiques, elle a un talent inégalé pour mettre en scène de nombreux matériaux, pour un résultat juste fabuleux !

  12. Joce34 et Raymonde vont exactement dans le sens de ma réflexion. J’aime beaucoup ce travail d’observation. J’ai appris ce qu’étaient les hermelles en visitant la baie du Mont Saint-Michel (pas le Mont !) et en ayant les explications d’un guide pour voir et comprendre la faune et la flore du lieu. La Manche est riche de tout un paysage marin naturel qui reste encore un peu protégé de l’avance dans l’eau des constructions des promoteurs. Enfin, pour l’instant. Le travail de cette artiste, artiste textile et plasticienne, est passionnant. Il m’emmène dans un monde parallèle où je me sens bien. Peu importe que ce soit « difficile » ou pas à réaliser, le challenge n’est pas là. L’essentiel est que la véracité du travail nous fasse oublier précisément qu’il s’agit d’un travail, qu’il s’agit de tissus. Le but est atteint à mes yeux…. Jolie découverte encore. Et je regrette chaque fois un peu plus de ne plus pouvoir monter à l’AEF….. Quoique… faut voir….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *