Happy Lundi!

Quand on enfile une mauvaise chaussure,
Et qu’on a mal au pied,
Ce n’est ni la faute de la chaussure,
Ni celle du pied.
Il faut juste accepter,
Qu’ils ne sont pas fait pour aller ensemble.

Pour pouvoir mettre,
Une nouvelle chaussure à ton pied,
Il faut déjà enlever l’autre.
Plus tu gardes,
Des chaussures qui te font souffrir,
Plus ton pied sera abîmé,
Et plus ce sera difficile à guérir.

Si des chaussures t’ont abîmé les pieds,
Quelque soit la paire que tu enfiles après,
Ce sera douloureux.
Ce ne sera pas la faute,
De tes nouvelles chaussures,
Mais celle de tes blessures.
Il faut accepter de marcher,
Quelque temps sans chaussures,
Pour que ton pied guérisse,
Et redevienne comme avant.

Plus tu gardes des chaussures qui te font mal,
Plus ça devient inconfortable,
Et plus tu marches de travers.
À force de dévier,
Tu finis par quitter ton chemin de vie.
Or, le bonheur qui est tien,
N’existe que sur ton chemin…

Retire tes chaussures douloureuses,
Pour redevenir heureuse.
Marche pieds nus le temps de guérir,
Tes pleurs et tes blessures.
N’aie pas peur s’il y a un peu de graviers,
Tu n’en apprécieras que mieux,
La douceur de tes souliers.
Relève la tête,
Car sur ton chemin t’attendent,
Des chaussures parfaites.

Si tu ne le fais pas pour toi,
Fais-le pour la femme heureuse,
Que tu pourrais être,
Mais que tu fais disparaître.
Regarde ton reflet dans la fontaine,
Vois-tu ce visage triste ridé par l’eau ?
Cette vieille femme désespérée,
C’est toi dans quelques années.
Si tu ne changes pas d’avis,
Je couperai l’eau de la fontaine,
Puisque tu la remplies de tes chagrins d’amour,
Jusqu’à t’y noyer un jour…

Pour marcher loin sur le chemin de l’amour,
Il faut respecter ses pieds,
Et choisir des chaussures adaptées !

(Source inconnue)

A lire aussi :

45 réflexions sur « Happy Lundi! »

    1. J’ai de la chance. C’est un pavé que j’avais dans chaque chaussure pendant plusieurs années. J’ai trouvé les bonnes il y a 50 ans ce mois-ci. Les proches sont sensibles à cette stabilité calme qui laisse du temps pour les autres. Si bien que je reste très touchée par les problèmes des amis et amies, ou même des inconnu.e.s qui vivent douloureusement une relation, une séparation. Jusqu’à présent, je faisais ce que je pouvais pour les convaincre que le chagrin passe et que la vie reprend. Tout en croisant les doigts derrière mon dos. Parfois il faut croire fermement au Père Noël et s’y accrocher. Mais maintenant, chère Emma, j’enregistre ce beau texte et je le ressortirai quand le besoin s’en fera sentir, quand il s’avère qu’il sera utile, je crois. Il est autrement plus convaincant que mes « ça va nécessairement passer ». Merci. Et 3 grosses bises comme on les donne chez nous, à Bruxelles.

      1. Comme vous Monique, je suis bien dans mes baskets depuis 26 ans aujourd’hui pile poil. Bises à vous et à Emma pour le partage de ce poème. Belle journée !

    1. Des que tu sens une gêne dans tes chaussures…poubelle ! Si tu les garde, tôt ou tard, elle te referont mal – elles vont ou elle ne vont pas …inutile d’essayer de les assouplir ! Enfin, pour moi, c’est comme ça et ça marche.

  1. Allez, je crois que je vais changer de chaussures !😉
    Merci pour ce texte , c’est tellement vrai .
    Bonne journée, pieds nus …ou pas .

  2. Bonjour, ce texte est criant de vérité et on peut remplacer les « chaussures » par bien d’autres choses….
    Bonne journée à toutes et chaussées surtout car pour les 3 jours à venir nous allons avoir le bout de la tempête qui sévit sur les PO.
    Merci encore à Emma de partager avec nous de belles choses.

  3. ce texte tombe à point je vais le recopier pour ma petite fille qui remue ses blessures
    d’adolescence et revient en ce moment sur une mauvaise chaussure…….

    Bien à vous Emma.

  4. Merci pour ce beau texte tellement réaliste. Mais quand on a trouvé la bonne chaussure du coeur il est difficile de s’en séparer même si parfois elle a fait très mal…
    Bonne journée à vous Emma et à toutes vos lectrices

  5. Après une lourde opération aux deux pieds pour éviter la chaise roulante j’ai eu beaucoup de difficulté à réapprendre à marcher et supporter des chaussures. Ça c’était au sens propre !
    J’ai trouvé et je garde mes chaussures depuis maintenant plus de 40 ans. J’en prends grand soin. Je les aime. Ça c’est au sens figuré !
    Belle journée à toutes et merci Emma pour ce beau partage.

  6. Quand on trouve l’âme sœur on dit bien aussi » trouver chaussure à son pied » … c’est la même chose pour le reste de notre vie….ce texte en donne bien le reflet… merci Emma et Bon lundi

  7. Merci pour ce joli texte plein de bon sens , comme les chaussures il faut les bonnes chaussures mais aussi …..il ne faut pas se tromper de pied………
    Bonne et douce journée à toi et à toute ton équipe
    JJ

  8. Beau texte .mais quand on perd sa chaussure parfaite pour un endroit dont on ne revient jamais on marche sur son nouveau chemin pieds nus jusqu’au jour où on en retrouve une autre imparfaite certes mais ,originale .et ne dit on pas que les imperfections sont jolies et impossible à copier .😉😉.alors celle nouvelle chaussure m’enmene vers mon nouveau chemin pour continuer ainsi les belles années qu’il me reste à vivre .
    Merci Emma pour ce partage .Belle journée.

  9. Il y a presque 20 ans, je me suis rendue compte que depuis plusieurs années j’avais très mal aux pieds et qu’une belle et bonne paire de chaussures (d’occasion il est vrai!) était là juste à côté de moi. J’ai donc changé de chaussures, çà a fait mal un peu partout mais maintenant j’y suis comme dans des pantoufles douces et aimantes.

  10. Ca, c’est ben vrai comme aurait dit la Mère Denis !! Rien de tel que d’avoir mal aux pieds pour être de mauvaise humeur !!Donc, gardons nos pieds à l’aise et nous serons souriants

  11. quand j’étais petite j’avais mal aux pieds le jour de ma communion mal aux pieds jour de mon mariage mal aux pieds j’ai vieillis et j’ai toujours mal aux pieds je connais l’histoire du mal de pieds et quand j’ai une paire de chaussures qui me vont je ne les quitte plus lol bisous bonne année 2020.

  12. j’ai eu mal aux pieds il y a 14 ans. Ils guérissaient doucement, et puis fin d’année ils me font encore souffrir. J’aime beaucoup ce poème, je vais l’imprimer pour le lire de temps en temps ,merci

  13. Pour ce qui est du sens propre: le mal de pied c’est constant quand on a du mal a trouver sa taille – les jolies sont trop petites, les grandes sont moches, alors on prends des plus petite et donc… mal de pied, mais on souffre en silence et on sourit !
    Pour le sens figuré: une fois que l’on a trouvé chaussure à son pied, il ne faut pas lâcher, même si crise il y a – et il en aura – la vie est trop courte et peut être si belle avec les « bonnes » chaussures.
    Merci Emma de nous faire réfléchir et bonne semaine.
    Ursula

  14. Beau texte.  » Ce n’est pas la montagne à gravir qui t’empêche d’avancer, c’est le caillou dans ta chaussure ». Combien d’entre nous marchent comme elles peuvent malgré ce foutu caillou difficile à évacuer! Bonne semaine à toutes et surtout aux boiteuses de la vie.

  15. Très beau texte, je l’adopte. On peut bien sûr l’élargir à de nombreux domaines, ce que j’ai fait il y a quelques mois et je me sens vraiment mieux.

  16. Poème très réaliste. Il est vrai qu’il est difficile de changer ces mauvaises habitudes et cependant, c’est pour le meilleur !
    Merci Emma et bonne continuation.

  17. Merci pour ce texte qui m’a émue…et presque fait pleurer…je me suis décidée il y a quelques mois à ôter enfin ces « chaussures » qui m’ont fait tant souffrir…mais qu’il est difficile de marcher maintenant « pieds nus » sur ce nouveau chemin ! Ce texte est profond et beau, à méditer…

Répondre à dominique Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *