Les expos de Houston : le quilting

Voilà, je suis rentrée de Houston, et après avoir dormi 14h cette nuit, j’espère avoir à peu près récupéré du décalage horaire. Demain, retour à la boutique, une pile de dossiers m’attend (voir plus bas!)

Voici une première sélection de patchs que j’ai pu admirer au salon. Leur particularité? Tous ont un quilting remarquable!

The Big O par Lisa Mason et Rachael Dorr

 

Bending Tree par Ricky Tims

 

Wearable art par Philippa Naylor

 

Diaspora : Journey to Sanctuary par Mary Kay Fosnacht (USA)

 

Just around the corner par Beth Schillig 

 

 

OG par Karen K Stone

 

 

Comme 90% des patchs exposés au salon, ceux que je vous ai montré aujourd’hui sont tous quiltés machines, sur longarm ou même sur machine domestique.

J’ai moi même pris un cours d’une journée sur une machine Longarm, avec Jamie Wallen, une star de la profession. Au programme, micro quilting et peinture à l’aiguille. Un travail bien trop long pour ma nature impatiente, mais un cours très instructif! Pour débuter, on travaille sur une photo imprimée sur tissu, et ici, j’ai seulement commencé à broder le bouts des ailes… il faudrait une quinzaine d’heures au moins pour finir le perroquet entier!

Et si je mets l’accent sur le quilting machine, c’est parce que très prochainement, nous pourrons vous offrir ce service à la boutique, une belle longarm sera livrée la semaine prochaine! Et pour l’accueillir, comme vous l’aviez probablement deviné ici, nous allons pousser les murs…
A suivre…

60 réflexions au sujet de « Les expos de Houston : le quilting »

  1. Merci pour nous avoir fait découvrir de trés belles choses,
    La : le quilting machine est magnifique ,et si en plus ; la machine arrive aprés que de la place soit faite ,,, c’est encore mieux ,,Bonne soirée

  2. Magnifique ces quiltings machine. Mais on oublie un peu trop le quilting main qui est exécuté par une majorité. Ce n’est qu’un avis personnel.

  3. Magnifique ! Néanmoins je garde une préférence pour le quilting main qui est d’un autre état d’esprit . Mais bon autre temps autres mœurs !
    Merci pour ce partage .

  4. Merci pour ce magnifique partage. Main, machine, qu’importe, chaque méthode apporte une touche différente dans l’ouvrage. Je suis admirative des deux, ne pratiquant pas pour l’instant, mais j’ai l’intention de m’y mettre puisque je t’ai commandé du tissus. Bonne nuit.

  5. Je trouve dommage que le quilting prenne tant de place
    Le long arm est une révolution technologique
    Ce que j’aime c’est « peindre avec des tissus » donc le quilting est généralement minimaliste chez moi fait avec une machine à coudre domestique et en pique libre

    Maintenant il y a un nouveau métier quilteuse sur machine long arm !!!!!

  6. Ils sont magnifiques, moi aussi j’ai une préférence pour l’arbre. Les couleurs et la partie quiltée se fondent à merveille . Un grand merci pour ces merveilleuses photos.

    1. j’avoue que moi aussi j’adore cet arbre, tout est en symbiose, c’est magnifique
      merci encore Emma de nous faire partager tous ces magnifiques ouvrages

  7. Moi aussi je suis époustouflée par la beauté ajoutée aux ouvrages par le quilting machine. C’est du grand art et on ne peut qu’admirer cette virtuosité. J’ai constaté qu’aux Etats Unis (en Californie particulièrement ) les ouvrages quiltés à la main ont leur propre catégorie car ils sont rares.

  8. Waouh, super.
    La créativité existe encore.
    Et même plus, la créativité exploite la machine pour aller encore plus loin.
    Génial !
    C’est l’utilisation de la machine au service de l’imagination et de la créativité.
    Super.
    Merci pour tous ces retours.

  9. Merci pour ces magnifiques patchs. Mais ce que je préfère c’est toujours le top, quilté bien sûr, mais d’une manière légère, qui mette en valeur l’ouvrage et non le domine.
    Peut être qu’ un jour j’apprendrai à quilter à la machine, mais mon goût pour le quilting léger ne changera pas. Mais même à la machine on choisit ses effets et je pourrais ainsi sortir de mon placard les tops qui s’entassent.
    Anik

  10. Les patchs de l’expo d’ Houston sont à couper le souffle. Les passacaglia de pures merveilles en forme et en couleur. Ces photos mettant en valeur le quilting complètent bien cette expo. Contrairement à ce que j’ai pu lire dans les commentaires, le quilting a beaucoup d’importance, bien choisi il met le top en valeur.
    J’ai apprécié ces reportages qui m’ont un peu consolés du démarrage de la passacaglia qui n’a pu être réalisée chez moi. Finalement je me suis décidée pour la méthode anglaise.
    Bon retour et bonne continuation
    Christiane

  11. All stars est magique ! Les autres aussi. La technologie prendra toujours le dessus sur l’artisanat mais sans le départ aux sources, elle ne servirait à rien. Je suis quand même en admiration devant cette machine qui fait naître des chefs-d’œuvre. Dans tous les cas, la patience est de rigueur et comme un vrai bébé, il est parfois très long à venir. Merci pour ces reportages qui nous ont fait rêver par tant de beauté et de créativité. Bon boulot pour la suite !

  12. Je me souviens du temps que les moins de 20 ans etc !où je revenais des US ayant fait matelasse mes quilts à la machine, matelassage pratiqué depuis qq temps déjà .. combien de commentaires négatifs sur ce matelassage ..Les choses ont changé et tant mieux néanmoins le matelassage de ces pièces fait parti de l’oeuvre elle même . Pour ma part je ne vois pas un couvre lit avec un tel matelassage ! J’aime le simple et je trouve c’est personnel que certains quilts »traditionnels » sont trop matelassés, les blocs ne ressortent pas..
    Bon retour chez vous faites nous encore rêver

  13. Absolument magnifique , je comprends que le quilting soit parfais c est’ la MACHINE’ qui fait ,nos petites mains et nos tourniquets seront jamais aussi beau mais j aime quilter
    au pique libre et tant pis pour la perfection le plaisir est la.
    Bon retour chez toi

  14. Merçi pour ce beau voyage, quilting merveilleux , l’art est infini grace au partage. Ces travaux colorent nos vies d’ENVIES et de REVES , merçi encore Emma.

  15. Je suis aussi admirative de ces beaux matelassages. Mais il est vrai que sans machine professionnelle ils sont impossibles à réaliser. C’est donc un travail de professionnel comme le fait remarquer une des lectrices. En fait ce type de matelassage se suffit à lui seul, il donne un fini de boutis ou de trapunto. Avec une machine domestique, le quilting est amusant à faire s’il est vraiment libre, car suivre des lignes est une épreuve. Il faut arrêter, repartir, et que de fils ! Cette perfection est au départ décourageante, mais il faut savoir rester à son niveau, et s’en servir pour en tirer des idées. Car tout de même, c’est tellement plus rapide à la machine ! On peut faire beaucoup plus d’ouvrages.

    1. Il ne faut pas croire que tous ces ouvrages sont réalisés sur une longarm. Certains sont fait sur machine familiale, c’est avant tout une question de taille de l’ouvrage. Quand à l’aspect professionnel, certaines le sont, d’autres sont « juste » des artistes qui s’adonnent à leur passion avec talent! Le côté relief est donné par une plus grande quantité de ouate (2 ou 3 épaisseurs).

  16. superbe mais le quilting main a peut être un charme un peu démodé cependant il faut vivre avec son temps tout va plus vite mais bravo pour toutes ces photos je suis un peu jalouse de ne pas avoir été du voyage !!!!!
    mais encore bravo

  17. Où est le plaisir de broder à l’aiguille si on le fait à la machine ????
    Je brode au point de Beauvais et Lunéville, donc au crochet sur toile tendue. Oui c’est très long mais très fin. Caroline ROUSSELLE est une peintre « à l’aiguille ». Regarder ses oeuvres c’est autre chose que ce travail sur machine…
    Quant aux patch… je trouve cela colorés, c’est tout. Vous nous en avez présentés de bien plus jolis les semaines précédentes… Attendons le reste de votre visite à Houston.
    Ceci dit merci de nous faire profiter de votre voyage aus USA.
    A bientôt
    Chantal

    1. Vous quiltez aux points de Beauvais et de luneville ? On ne peut comparer que ce qui est comparable. Le matelassage est une technique d’assemblage qui se fait à la main au point avant, ou à la machine au point droit pour la majorité des cas, et dont le but premier est de solidariser et de consolider les trois épaisseurs. Et sachez qu’Il y a un grand plaisir à quilter à la machine, à main levée, librement. La broderie offre ses propres plaisirs et celle dont vous parlez n’a aucun rapport avec le sujet. Vous semblez mépriser ce travail machine, mais vous oubliez que le travail de conception en est souvent très élaboré. Il en va de même de la création des patchs, qui ne se contentent pas d’être colorés.
      Il est difficile de comprendre la motivation de votre message. Vous faites montre d’un sectarisme déconcertant. Ou alors vous êtes jalouse.

    2. Personnellement, je prends beaucoup de plaisir à assembler et quilter à la machine, et moins à la main. C’est donc une affaire de goût… Mais mon travail n’en est pas moins beau (ou pas). Il faut arrêter d’opposer le travail main et le travail machine, qui demandent tous les 2 technique et dextérité. A chacun de choisir en fonction de ses envies, mais sans dénigrer…

  18. Vraiment mes dames comme on le dit il faut vivre avec son temps ,que ce soit main ou machine le quilting est une affaire de goût ,moderne ou traditionnel, ns retrouvons dans ts ces patchs quelque chose qui nous ravi.j’ai hâte de venir à la boutique privée voir cette machine au coeur de la polemique à bientôt donc et bon patch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *