Le cyanotype : Peinture facile au soleil

Vous connaissez peut-être le Solarfast, que je vous avais montré ici. C’est un produit magique, une teinture qui réagit au soleil, qui donne un rendu parfait pour imprimer des photos, mais son utilisation est délicate et nécessite pas mal d’expériences.

Aujourd’hui, je vous présente le tissu spécial cyanotype, très simple d’utilisation!

« Le cyanotype est un procédé photographique monochrome négatif ancien, par le biais duquel on obtient un tirage photographique bleu de Prusse, bleu cyan. Cette technique a été mise au point en 1842 par le scientifique et astronome anglais John Frederick William Herschel. » Wikipedia

Le cyanotype se fait généralement en appliquant une solution sur un papier et un tissu, mais ici, notre fournisseur Jacquard a préparé des feuille de tissu prêt à utiliser!

Le tissu est à l’abri de la lumière dans son sachet d’aluminium, et quand on les sort, les feuilles ont une couleur gris vert.

A l’abri de la lumière du soleil, on compose sur le tissu à cyanotype les éléments choisis ; feuilles, fleurs, plumes, petits objets, ici même de la dentelle…

Pour obtenir un dessin plus marqué, on pose un verre sur les éléments. Puis on expose au soleil (au midi de préférence) pendant 15 minutes environ.

Ensuite, on trempe le tissu dans l’eau  pour arrêter la réaction chimique, c’est là que ça devient bleu, on rince et on fait sécher! Et c’est tout!!

 

      

Sans vitre, on obtient un résultat plus flou…

A noter qu’un repassage trop long laisse des marques de fer (beaucoup trop long, je l »avoue!).

 

 

Que vais-je en faire?  A suivre….

Retrouver en boutique les feuilles pour cyanotype.

 

A lire aussi :

25 réflexions sur « Le cyanotype : Peinture facile au soleil »

  1. Merci pour cette belle idée. Pour faire un patch par exemple, très personnel. Est ce que cela risque de se décolorer au lavage? J’ai vu qu’il existait une couleur sépia, cela peut faire de jolis sacs.

  2. bonjour,
    c’est super cette méthode mais on peu le faire sur du tissu de coton avec des moyens naturels comme je le faisais à Mayotte, une teinture végétale ou autre dans la quelle on met le tissu à tremper. On le sort, l’essore bien à la main, on le pose sur un sol bien plat, en plein soleil et on pose dessus, des feuilles, des fleurs, du riz, du gros sel, bref, tout ce qui permet de faire des motifs et on laisse sécher le tissu….
    j’en ai encore fait de cette manière et de lire cet article, avec le soleil qu’il y a , je vais le faire avec des serviettes de tables en coton blanc et la nappe et la teinture rose faite avec la peau des avocats…
    J’avais fait des robes d’été avec et au lavage tout est resté impec.
    Merci de cette idée et bonne journée

    1. J’aime bien l’idée du cyanotype, mais je trouve votre procédé, Yolande, tout à fait attractif… Loin de moi l’intention de faire de l’ombre à Emma ((quoique…peut-être apprecierait-elle, en ce moment…) mais la question que je me pose est: comment fait-on la teinture rose avec la peau d’avocat?

  3. C’est vraiment magique et sans manipulations de produits. Cette technique laisse libre choix à la créativité.
    Je ne suis pas « bleu », peut-être qu’une version en tons chauds arrivera.
    Merci beaucoup pour ce tuto très intéressant, comme tous 👍😊

  4. Merci Emma pour cet intéressant procédé. Est-il vraiment trop tard pour commander l’article et le recevoir avec le prochain envoi du Quilt mystère ?

  5. Merci Emma pour la présentation de ce produit que je ne connaissais pas, voilà une façon de personnaliser ses patchs de façon très ludique.
    Amicalement.

  6. Bonjour depuis 5 ans, je fais mes cyanotypes (beaucoup de liens sur mon blog); les feuilles Jacquard, c’est bien, mais bien savoir qu’on en a d’un seul format. Le cyanotype se fait sur papier, sur tissu, sur couleur aussi (sur du jaune, on obtient du vert)C’est vrai Emma, c’est magique, mais pas toujours facile et…;plein de surprises!. L’une de vous parle de patchs, j’ai eu une surprise avec une robe que j’ai lavée. Il faut des lessives qui ne réagissent pas aux deux produits qu’on mélange.
    Pour ma part, j’ai fait des coussins, des robes, des sacs, des trousses. Enfin, je ne sui spas une fan de bleu non plus, mais ce bleu -là je l’ai vite adoré….Et parfois changé (thé, café………….)

  7. Oh…oh…ça me rappelle le temps où je faisais faire des Monotypes aux petits de ma classe à saint-julien-sur-cher en 1985…Les pâtes aussi ça faisait des sujets de compositions super!!!

  8. Pour ma part, j’ai réussi le procédé avec de la peinture…. Eh oui, tout simplement. On peint un tissu blanc avec de la peinture parfaitement délayée d’eau afin d’obtenir un support très mouillé que l’on étend à plat sur la pelouse. Un caillou à chaque coin maintient le tissu en place quand il souffle une très petite brise. Puis on dispose des feuilles ou des objets et on laisse le soleil agir…. Quand le tissu est parfaitement sec, les objets déposés ont laissé leur empreinte dans le même ton mais très, très clair, presque blanc. Un petit tour sous l’aiguille de la machine à coudre, quelques contours brodés en piqué libre et l’on obtient un résultat joliment coloré. Toutefois, gare à la décoloration si lavage !!!!! Mais si le tissu est destiné à un travail de décoration qu’on ne lavera pas, la technique est parfaite !!!
    Pour le cyanotype, la technique est scientifique et très délicate à reproduire avec une lampe aussi ces feuilles pré-traitées sont-elles absolument parfaites. En outre, les motifs obtenus seront « grand teint » et ce bleu (pour qui l’aime) est tout bonnement magnifique situé entre le pastel et l’indigo…. De quoi se préparer des tas de petits carrés de motifs à inclure dans un ouvrage à peu de frais et peu d’efforts. Une pochette que nous devrions toutes avoir sur nos étagères…

  9. Ça fonctionne avec n importe quel coton on faisait ça à l école quand j étais petite avec de la peinture setzcolor très diluée des feuille et du gros sel… Quel avantage supplémentaire tiré t on du papier spécial ?

    1. Probablement la résistance au lavage. Ainsi que la texture, on est ici sur une teinture, le tissu garde sa souplesse naturelle, alors qu’avec de la peinture, il est raidit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *