L’artiste du vendredi : Shizuko Kuroha

Encore cette semaine, une artiste exposée à Nantes, Shikuzo Kuroha.

Shizuko est une grande maître du patchwork japonaise qui a consacré les trente dernières années à la recherche, l’étude et la transformation en quilts de tissus anciens japonais, précieux ou usuels.

Sa passion pour le quilt, et en particulier pour les tissus japonais indigo l’a motivée à ouvrir sa propre école au Japon. Shizuko enseigne partout au Japon et à certains étudiants qui l’accompagnent depuis plus de 30 ans.

   

Les dégradés d’indigo sont fabuleux, et ces tissus anciens donnent un relief à des blocs traditionnels.

 

 

 

Elle vient de sortir un livre aux Editions  Quiltmania, avec quinze modèles expliqués et de très belles photos! A retrouver ici en boutique

 

48 réflexions au sujet de « L’artiste du vendredi : Shizuko Kuroha »

  1. Magnifique, j’aime beaucoup le bleu. Je suis admirative par le travail, la composition et l’imagination des mélanges tissus. Tout m’enchante. Merci Emma.

    1. Je trouve ce travail sublime, mais pris individuellement, car tous ces bleus les uns à côté des autres, font un peu triste, ce qui n’empêche pas d’admirer le travail et la beauté des tissus.
      Merci

  2. Superbe travail. Ses livres sont un régal et donnent envie de tout faire ……….. il faut juste beaucoup de patience, du savoir faire et de la persévérance, mais quel régal! Ce dernier livre est aussi un invitation au voyage……

  3. Bonjour Emma
    Oui merveilleuse et sa qualité de travail extraordinaire
    J’ai eu l’occasion de la rencontrer pour l’amour du fil cette année, habillée de son kimono ainsi que ses collaboratrices
    Merci

  4. J’ai été impressionnée par ces patchs exposés à Nantes. Je suis restée un long moment devant certains pour comprendre leurs constructions, notamment celui avec les « sphères claires » cousues avec des baby blocs. Une très grande artiste. Bonne journée

  5. Merci de nous faire partager vos découvertes . Une artiste extraordinaire qui me donne envie d’acheter son livre. Bonne journée.

  6. Les patchs sont magnifiques, on à envie de tout faire …Le bleu est ma couleur préférée d’où l’envie d’avoir son dernier livre

  7. J’ai vu son travail à Nantes, magnifique , il n’y a que les japonaises pour nous donner des réalisations aussi fines, fortes et tellement sublimes.
    Par contre, c’est vrai, les couleurs restent foncées – mais c’est japonais –

    J’ai vu aussi à Nantes, une japonaise qui exposait avec des tissus très colorés avec une belle texture – style tissu crêpe- reprise d’ancien kimonos, là aussi, le travail est exceptionnel, peu être Emma ferez vous un reportage sur cette artiste ( dont j’ai oublié le nom).
    Merci pour tous

    1. Je ne comprends pas pourquoi les couleurs foncées sont classées « japonaises » ou encore « tristounettes » (voir plus haut).

  8. merci de partager avec nous toutes ces merveilles .Je ne suis pas particulièrement attirée par le bleu ,mais ça c’est du grand art ,c’est du japonais !

  9. J’adore l’indigo, aussi toutes ces réalisations me parlent.
    Il me semble que l’on peut créer son propre patch en dessinant son « patron », ses blocs et en rassemblant des tas de tissus indigo ou du moins dans toutes les nuances de bleu possibles.
    Pour moi, le plus difficile est le quilting machine car je fais tout à la main et indéniablement il a ici, une grande place dans le résultat final.
    Merci de nous faire connaître cette artiste inspirante.

  10. Merci Emma de partager ces magnifiques ouvrages, ces tons de bleu sont extraordinaires et quel superbe travail. Quels beaux tissus aussi.

  11. Merci Emma pour ce beau partage, il faut aimer le bleu… et moi j’aime.
    Je ne comprends pas non plus ce classement  » japonais » ou « triste ».
    J’ai une amie japonaise (80 ans) , elle est bariolée dans sa facon de vivre et en aucun cas triste.
    Dans notre culture francaise traditionnelle, les jupes autrefois étaient aussi souvent bleues ou noire. Quand on utilise des vieux tissus du quotidien, c’est la seule possibilité qui nous reste ( voir la culture Amish du Patchwork.) Les travaux de cette artiste japonaise sont beaucoup plus lumineux que les patchworks Amish. Désolée d’habiter si loin, je n’ai pu aller à Nantes profiter de ces ouvrages que je trouve très jolis, même si tous ne me plaisent pas.Mais il en faut pour tous les goûts.
    Bon week-end à toutes.
    (pas de C cédille sur mon ordi allemand, désolée)

    1. Effectivement, c’est la vision française du style japonais parce que c’est celui qu’on voit le plus en France, indigo et beiges, mais les quilteuses japonaises font travaillent aussi des couleurs vives!

  12. Je ne trouve pas ces patchs tristes mais pleins de profondeur, on a envie d’y « entrer » pour méditer…
    J’ai eu un coup de coeur aussi pour toutes ces techniques innovantes, qui demandent beaucoup de concentration et un travail minutieux. Ma préférence allant au patch Star night de Kyoko Yoshida qui a représenté les étoiles avec de tous petits morceaux de tissu, cousus à la façon point de prairie, extraordinaire…

  13. Bonjour Emma merci pour ces belles photos, j’ai eu la chance d’aller à Nantes et d’ en prendre pleins les yeux de ces beaux patchwork de les voire de près
    Bonne journée

  14. Pour quelqu’un qui aime le bleu indigo je suis comblée et quel merveillleux travail !…
    Merci de nous faire admirer les patchs de cette artiste.
    Les japonaises portent souvent des couleurs vives même dans les kimonos anciens
    mais encore un grand bravo pour le travail de cette artiste.
    Christiane.

  15. Bonjour Emma
    Merci Emma pour la découverte de cette artiste japonaise. Elle est fantastique et ces oeuvres sont magnifiques. C’est vrai qu’il faut aimer le bleu! Moi, j’adore je suis donc comblée par tant de beauté.
    Bon week-end. Patchou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *