Art textile par Kit Vincent

L’artiste du vendredi : Kit Vincent

Aujourd’hui, je vous présente le travail de Kit Vincent, artiste canadienne qui présente des oeuvres très graphiques et parfaitement colorisées.

Art textile par Kit Vincent Art textile par Kit Vincent

Elle superpose plusieurs épaisseurs de tissus, qu’elle recoupe pour faire apparaitre les couches du dessous. J’adore ça, aussi bien les couleurs que les lignes très graphiques.

Art textile par Kit Vincent Art textile par Kit Vincent

Découvrez-en plus sur son site ici.

Edit du 15 juin 2015 – Pour répondre à beaucoup de commentaires, je ne connais pas la technique utilisée ici. C’est le propre des artistes de partir d’une technique, d’en explorer toutes les possibilités, puis de la réinterprêter en fonction de leur besoin.

Ce qui est sûr, c’est que ça n’est pas de la Mola. Je pense que ça n’est pas de la chenille, en tout cas pas de la manière classique, surtout les 2 premières oeuvres, très irrégulières. Mais effectivement, celà s’en inspire surement, comme une autre artiste que je vous avais présenté ici.

A lire aussi :

33 réflexions sur « L’artiste du vendredi : Kit Vincent »

  1. Ah oui, j’aime beaucoup. Il me semble que cette technique existe en Inde je crois. Un nom en a et avec un l aussi, … le MOLA.

    Mais Emma pourquoi dites-vous colorisées. Je ne connais ce terme que pour les films noir et blanc sur lesquels on a mis de la couleur. Cela signifie–t-il autre chose ici ? Ou bien est-ce une erreur d’écriture ?

        1. non, ce n’est pas du tout la même technique, pas du tout. La mola est un appliqué inversé, fait en dégageant une ou plusieurs couches de tissus successivement. Ici c’est de la « chenille », on pique des lignes parallèles sur la totalité des tissus empilés, puis on coupe entre ces lignes , les tissus, sauf celui de base

  2. J’aime beaucoup cette façon de faire vivre les couleurs. Mais… il y a toujours un mais…je trouve qu’elle s’enferme un peu trop dans ce style particulier, avec cette « science » d’harmonie des couleurs, elle pourrait « s’élargir ». très belle journée Emma, merci de ce partage.

    1. Les figures géométriques sont tout de même très variées. C’est ce que l’on appelle un style. C’est à cela que l’on reconnaît un artiste, il a un style. Ce qui m’étonne moi, c’est l’éternel recommencement. Comment font -ils pour refaire toujours et encore même style et même technique sans se lasser ? Mais je ne suis pas une artiste et j’aime presque tous les styles, je m’éparpille de Yan Patek aux modernes comme Jen Kingwell en passant par la repro, les japonaises comme Reiko Kato et Yoko Saïto et beaucoup d’autres, et aussi…. moi-même. Je commets parfois des créations…… sans style défini. C’est clair je peux faire du joli mais je ne suis pas une artiste.

  3. Pourrait on avoir un tuto sur la technique je ne vois pas bien comment elle s’y prend sinon c’est très intéressant
    C’est vrai elle a une signature, un style mais elle pourrait peut être élargir

    1. C’est la technique de l’appliqué inversé. Vous superposez un tissu rouge, un autre bleu et un troisième jaune. En évidant une partie du jaune, on voit le bleu. Puis en évidant une partie du bleu qui est apparu, on voit le rouge. Ce qu’on ne voit pas sur les photos, ce sont les coupes. Sont-elles laissées à bords vifs ou bien ourlées.

    2. Il y a un tissu de fond sur lequel on coud plusieurs épaisseurs de tissus ensemble (4ou5) à intervalles réguliers et ensuite on coupe les intervalles ( avec un cutter spécial ) les différentes épaisseurs sauf le tissu de base et ensuite on assemble les différents blocs entre eux..; on brosse pour effilocher , donc c’est à bords vifs . Et ce n’est pas la technique de l’appliqué inversé…

      1. Celui-ci est tres bien décrit, c’est ce que nous appelons la technique de « chenille » ici en Ontario. J’aime beaucoup votre blog. J’y reviendrai.

    3. ah oui !!!! j’aimerais bien une démonstration de cette coupe ??
      Emma s’il vous plait, à vos ciseaux ou autres cutters !! nous avons toutes des carrés à empiler ? et après on fait comment ??? à bientôt …..

  4. Joli jeu de couleurs,j’ai fait des essais avec cette technique de superposition de tissus puis de découpages pour faire apparaître les autres tissus,c’est amusant à essayer mais il faut beaucoup de tissus.
    La Mola est une autre technique avec moins de tissus à empiler et j’ai préféré,il y a ensuite le jeu des broderies dans les motifs que l’on forme.C’est varié.
    Merci Emma pour la présentation de cette artiste qui maitrise sa technique.
    Amicalement

  5. Bonjour, je crois que cette technique s’appelle « la chenille ». J’ai déjà vu ça dans certaines expos : on realise même des portraits …. C’est la superposition des tissus et le choix aussi de tissus comme dans tout qui font la beauté du travail. Cette technique est reprise dans un Magic patch . Maria Teresa

  6. Voila une technique qui ouvre le débat !!!! je connaissais sans pour autant l’avoir pratiqué , ce que je vais m’empresser de faire . Pour commencer sur un carré 20×20 et ensuite des ATC ? et plus grand si affinité . Très bonne fin de semaine à toutes les  » Chenilles  » Et bravo Emma pour cette nouvelle rencontre . Maud

    1. Je ne connais pas exactement la technique utilisée, car c’est le propre d’un artiste d’imaginer ses propres techniques, mais ce n’est ni de la Mola, ni de la chenille, peut-être une sorte de shlashing. Les morceaux sont superposés de manière réfléchie, ceux du dessus ne cachant que partiellement ceux du dessus.

  7. Bonjour Emma

    En effet, c’est la technique de  » la chenille » très facile à réaliser et qui donne un bel effet.
    Mais cette artiste a vraiment un superbe style que j’aime beaucoup.
    Encore une fois, merci Emma pour cette nouvelle découverte.

  8. Je connais cette technique, je l’ai pratiquée et je l’aime beaucoup.
    Mais il ne s’agit pas du « MOLA »qui n’est pas du tout la même technique.
    Merci EMMA de nous avoir permis de connaître ou retrouver cette technique
    et félicitations à l’artiste.
    Christiane.

  9. Hé oui, c’est bien de chenille dont il est question et là, l’artiste n’ébouriffe pas ce qu’elle obtient, comptant sur le mouvement naturel d’un tissu plus ou moins léger et souple pour laisser entrevoir, ou pas, les couleurs des couches internes. C’est cette suggestion qui fait l’effet et permet cette fonte des couleurs entre elles. Je trouve le résultat tout à fait vibrant. Belle découverte, Emma !

  10. J’aime beaucoup ce travail de la Mola des Indiens Kuna mais il est vrai que cela ne ressemble pas du tout au vrai style Mola qui représente des animaux des fleurs lavie paysanne de ces gens
    Mais c’est très beau,merci de nous l’avoir fait connaître
    Amitié
    Eva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *