L’artiste du vendredi : Kathryn Clark

Aujourd’hui, voici le travail plein de sens de Kathryn Clark.

Kathryn Clark est une artiste qui parle de notre monde et de ses drames au travers de ses oeuvres.

 

Les oeuvres ci-dessus parlent de la crise des subprimes (forclusion) aux USA.

« Mon travail précédent en tant qu’urbaniste m’a fait prendre conscience de l’ampleur de l’impact de la crise de forclusion sur nos villes aux États-Unis. Cependant, très peu a été mentionné dans les nouvelles.

Il était important pour moi de présenter toute l’histoire d’une manière qui captiverait l’attention des gens et ferait une déclaration mémorable. Faire des quilts de carte semblait une solution ironique. Les quilts agissent comme une mémoire fonctionnelle, un historique des temps difficiles. C’est pendant les périodes difficiles que les gens fabriquent traditionnellement des quilts, recourant souvent à des bouts de tissu lorsqu’ils sont si pauvres qu’ils ne peuvent pas se permettre de gaspiller un seul fil de tissu.

Les quartiers représentés ne sont pas une anomalie; il s’agit d’un modèle récurrent observé d’un océan à l’autre, des quartiers urbains aux banlieues des États-Unis. Le problème n’a pas été résolu, il se produit toujours, changeant juste de forme, affectant plus d’entre nous. »

 

Celui-ci explore un camp de réfugiés syriens.

 

 

Ce dernier montre une nappe phréatique surexploitée par l’agriculture intensive.

Sur le site et le blog de Kathryn, vous trouverez de nombreuses autres oeuvres,  ainsi que des explications sur son travail et ses inspirations, passionnant!

A lire aussi :

26 réflexions sur « L’artiste du vendredi : Kathryn Clark »

  1. J’aime beaucoup le premier en petit et le même en entier. Très beau travail, il y a de la recherche. Les autres me laissent indifférente et manque d’ originalite

  2. Intéressant de transposer un gros problème social dans le parchwork Preuve que ce hobby n’est pas superficiel . Certains parlent de « travail de dames » avec un petit air con descendant Ils ont tort !

    1. Là vraiment je suis très étonnée. Jamais personne ne s’est montré condescendant devant mes quilts, et même c’est plutôt le contraire. Il y a pas mal d’hommes qui s’extasient. Et je connais aussi des femmes qui restent indifférentes. Avez-vous eu des remarques ?

  3. Je suis admirative du fait que l’on puisse évoquer des problèmes de société dans un patch, encore qu’il faut pouvoir décoder ? donc avoir un commentaire à proximité. Par contre, si les matières utilisées sont intéressantes, je ne suis pas très réceptive à son travail.

  4. Bonjour Emma,
    tout ce que vous nous montrez est toujours très intéressant. Merci d’attirer notre attention sur des artistes dites engagés. Pour ce qui est de Kathryn Clark … je suis allez sur son site. Ses propos sont tout à fait juste est clair et on comprend le sentiment… « on ne peut pas laisser faire, c’est notre devoir de l’apostropher d’une manière ou d’une autre – donc par le patchwork ». Mais où je ne la suis plus, c’est dans son travail, mais peut-être ne suis-je suis pas assez ouvert. Je trouve ces œuvres obscures et pas très compréhensible. Le neigbourhood p.ex. je n’ai pas compris ce qu’elle veut exprimer, c’est brouillon et pourtant un énorme travail de recherche, je reconnais, mais désolée, pour moi incompréhensible. En fait ce sont des œuvres modernes et chacun y met dedans ce qu’il ressent après avoir lu ses propos … mais bon ! Est-ce de l’art ?

  5. Bonjour
    Merci de nous faire connaître ces artistes mais je ne suis pas du tout sensible à ce genre d’art. C’est profondément triste!! Et je ne comprends pas bien!!
    Martine L.

  6. De la matière, de la structure, des détails colorés, j’aime beaucoup. J’avoue que si la démarche est intéressante, elle ne me passionne pas mais le résultat me plait et je m’en tiens à cela !

  7. Bonjour
    passionnant, beau et tragique, voici le Monde et la Société traités sur un plan graphique.
    Voir aussi les peintures de Philippe Cognée.
    Merci

  8. L’art sert à ça, faire réfléchir, réagir, en plus d’être beau, ce travail parle du monde, de ses habitants, de l’avenir de l’humanité. À mes yeux c’est parfaitement réussi et j’apprécie infiniment.

  9. Ces travaux cadastraux font penser, c’est selon, à des cartes anciennes, ou à du pétassage (raccomodage avec des pièces).
    La portée de l’engagement me semble malgré tout limitée.

  10. Je suis parfois admirative de ce que vous montrez sur votre site, mais rarement «transportée»
    J’aime ses tissus vieillis, qui n’ont pas l’air de sortir de la vitrine du magasin. L’harmonie les teintes à la fois diverses et douces m’ont ravies. Bravo ! J’aime …. totalement et c’est rare.
    Mille mercis à cette artiste.

  11. Je trouve ça très parlant et inspirant d’observer comment elle a utilisé son expérience d’urbanisme avec son art textile pour exprimer son ressenti sur les maisons saisies en masse après la crise des subprime.

  12. le problème de nappe phréatique est lisible sur le patch …..par contre pour les autres je ne vois pas bien et il faut un décodeur , je n’accroche pas vraiment même si dans l’idée c’est bon ….mais pour moi pas assez lisible , mais il est toujours bon de découvrir le travail des autres
    merci pour cette découverte

  13. J’aime dire que je fais des « ouvrages de dames » . Ça me rattache à toute une tradition de femmes artistes ou non qui ont embelli le monde de ceux avec qui elles vivaient.
    Ces matchs sont tristes comme la réalité qu’ils décrivent. Ce n’est pas ce que j’ai envie de montrer mais c’est super que certains certaines le fassent aussi bien

  14. Je suis comme certaines autres assez peu réceptive à ses patchs. Ils sont tristes et ne le transportent pas, sauf celui des nappes phréatiques. Je comprends le message mais je le trouve très répétitif d’un patch a l’autre. Je suis d’accord que l’art permet de faire passez un message autrement, mais là pour moi ce n’est pas une réussite.

  15. sceptique, j’ai un peu de mal avec les patchs à message, la nappe phreatique, c’est parce que c’est d’un magnifique bleu qu’il est apprècié, je pense, il aurait été vert caca d’oie boueux, il n’aurait certes pas eu le mêm succès, donc, je prfère y voir des fenêtres sur … ou derrière la fenetre et que vois dans ces fenetres, là est toute la question, mais ce qui est sur, je ne ferai pas des centaines de km pour voir une expo

  16. Merci Emma pour la découverte des artistes du vendredi… quel cadeau ! Continuez s’il vous plaît.
    Kathryn Clark je découvre …j’ai tout de suite ressenti une inquiétude qui ressort de ses patchworks … objectif atteint.
    Mesdames et messieurs vous n’aimez pas mais vous avez tout à fait répondu à l’attente de l’artiste, vous faire réagir !!! R.

  17. Ouvrages percutants, qui témoignent sans pathos de la violence capitaliste, productiviste …. Toute ces œuvres sont émouvant de sobriété. Bravo et merci à l’artiste !

  18. Certes, le rendu est un peu déroutant mais la démarche est très intéressante au même titre que celle de Picasso et de « Guernica », par exemple.

Répondre à Cubertafon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *