L’artiste du vendredi : Jack Edson

Aujourd’hui, voici le travail de portraits de Jack Edson.

 

Celui-ci est mon préféré, quelle puissance!

 

Autoportrait.

 

Plus à voir sur son compte facebook très fourni, ou sur Instagram.

D’autres artistes qui font des portraits en tissu ici.

A lire aussi :

39 réflexions sur « L’artiste du vendredi : Jack Edson »

  1. Ce qui me parait exceptionnel et fascinant c’est que les portraits sont intégrés dans du patchwork traditionnel et que l’artiste arrive à extraire visuellement le portrait.
    Chapeau l’artiste et merci à Emma pour toutes ces découvertes.

  2. Comment faire le même genre d’ouvrage à partir d’une photo de notre choix?
    Ce serait intéressant de pouvoir suivre un cours sur ce sujet..

  3. je serais également intéressée pour un cours de patchwork à partir d’une photo de notre choix.
    Est-ce possible ?
    Cordialement
    jacqueline

  4. Bonjour Emma
    J’aime cette combinaison « d’anciens modèles  » avec un portrait . Ce qui rend le patchwork : plus moderne
    Merci pour cette découverte

  5. J’ai toujours admiré les portraits en patchwork car cela représente un travail de fourmi pour rendre le visage avec ses expressions. Mon artiste préférée pour ce travail est Galla Grotto. J’en aurai facilement ma montée d’escalier avec ses portraits. Merci Emma pour cette découverte d’un nouvel artiste

  6. Voilà une façon originale et difficile d’aborder un projet patchwork. Belle réusite de l’artiste. Merci Emma pour le partage .
    Amicalement

  7. Pouhhhh la la …. le boulot !!!! C’est à la limite du croyable, une telle mise en valeur d’un portrait au milieu d’un ouvrage tradi !!! On connaissait déjà les portraits composés de mini carrés de toutes les couleurs pour rester conforme aux divers tons du portrait original mais là, ce sont les lignes magistrales qui sont mises en évidence et au sein d’un graphisme déjà imposé par des blocs….

  8. Mon commentaire est parti tout seul et je n’avais pas terminé…. Je voulais dire que je savais que la technique habituelle est de dessiner le patch de fond d’abord puis de superposer un calque portant le portrait et d’agrandir le tout à l’aide d’un rétroprojecteur qui envoie sur un mur l’intégralité de l’ouvrage et du portrait superposés. A partir de là, on voit les couleurs qu’il faut modifier entre le bloc « de fond » et le bloc « de portrait » et plus les couleurs sont contrastées et plus l’interprétation est forte et prégnante.
    Mais entre dire et faire ……………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *