L’artiste du vendredi : Catherine Primot

Aujourd’hui, voici le travail de Catherine Primot, artiste plasticienne.

Principalement orienté vers l’Art Textile depuis 2014, le travail de Catherine Primot mêle des techniques variées. Tricot, crochet, broderie, couture, collage, photographie sont utilisés pour illustrer ses thèmes de prédilections, le corps, le mouvement, la forme et son espace environnant, les interstices, l’écriture, l’humain ou encore l’ idée d’un essentiel. Aussi bien dans une démarche personnelle qu’en travail collectif.

     

    

Les broderies ci-dessous sont issus d’une série en cours intitulée « geste d’amour ». C’est l’illustration de ce moment si particulier du lâcher prise face à l »autre, quand on se retrouve dans le bonheur de l’instant présent, là où est notre place, ce moment préçis où nous nous abandonnons a l’autre.

« Le travail sur le tissu mis en avant par ses motifs qui me permet  de créer une interaction, une résonance entre les deux personnages, personnages cousus sur le principe de l’être coté fil , pour situer l’instant présent du geste dans la vérité du couple. »

Vous pouvez retrouver son travail sur Instagram.

A lire aussi :

22 réflexions sur « L’artiste du vendredi : Catherine Primot »

  1. mais qu est ce c est beau, émouvant….

    de la tendresse, de l amour, des fortes étreintes, de la fragilité ,des frolements…..

    quel talent!

    1. C est trop trop magnifique,c est de l art avec un goût exquis ….en plus c est tellement original…pour ma part j ai envie de m y mettre…ça fait 45 ans que je fais du patch ,et .pour moi vos créations sont tellement parfaites….quel talent

  2. quelle délicatesse, finesse, douceur,il s’en dégage une grande sensualité aussi ; j’aime beaucoup, bravo à l’Artiste
    Merci Emma

  3. C’est magnifique beaucoup de tendresse et de douceur dans ces moments si compliqués. J adore. Bravo et merci pour ce moment de partage

  4. …. au prime abord… mais alors pas du tout mon truc, puis… quand-même quelle précision du sentiment et en fine… c’est émouvant cette fragilité du moment où la tendresse se manifeste. Bravo à l’artiste et merci à Emma d’avoir déniché « ca ».

  5. au premier regard…ce n’est pas trop « mon truc » mais finalement, je suis admirative de ce qui se dégage de ces œuvres ! tellement de tendresse, d’amour et avec juste du fil (et beaucoup de talent !!!) …c’est magnifique !! Merci Emma de nous faire découvrir tous ces artistes pleins de talents . Belle journée et Belles fêtes de Pâques. Prenez soin de vous

  6. Je suis scotchée par les duos, fragiles et expressifs mais je n’adhère absolument aux « entrailles ».
    Merci Emma pour ce rendez-vous si important actuellement où pendant un petit moment nous pensons à autre chose que les nouvelles sinistres TV qui tournent en boucle et le lavage des mains obsessionnel!
    Joyeuses Pâques tout de même à toutes.

  7. On sent la formation initiale aux arts plastiques de cette artiste brodeuse. Elle sait dessiner. Le trait discontinu, donnant du mouvement à ces personnages, elle a choisi de le confirmer en respectant le toucher, presque hésitant ; un trait en à-coups qui ne cerne pas mais qui palpite autour des corps. Alors le thème s’imposait : des corps qui s’embrassent, dans l’étreinte, dans le baiser, dans la danse. Et c’est cette ode au corps qui a conduit Catherine Primot à représenter comment la contrainte du corset pouvait déformer le corps des femmes, jadis, allant jusqu’à disloquer les organes. Une broderie de la souffrance ! Ces esquisses brodées, reflets des photographies ou affiches qui ont servi le thème, ont beaucoup de mouvement et de vie.

  8. Les napperons sûrement chinés dans un vide-grenier (il y en a tant au fond des cartons abandonnés à leur triste sort) trouvent une nouvelle place dans notre monde moderne et font un cadre ravissant aux oeuvres de Catherine. Même si je n’apprécie pas tout, cette artiste à un grand talent. Prenez soin de vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *